Une affaire de tricherie en faveur du casino

L’affaire de tricherie qui a opposé le jeune joueur professionnel, Phil Ivey et le casino Genting’s Crockford a récemment été dénoué par un appui au profit de l’établissement de jeux. Si le verdict a été mal accueilli par le joueur, la partie opposée s’en est tirée avec le sourire aux lèvres.

Phil Ivey, un professionnel dans son domaine

Le nom du jeune homme tient une place importante dans plusieurs activités de jeux d’argent. Véritable professionnel dans le poker, il fait le tour des salles de jeu et se passionne également pour le baccarat. C’est d’ailleurs le jeu qui lui a valu ce procès duquel il a porté plainte contre l’établissement où il a joué. Lors d’une journée dans l’établissement, il a pu remporter un gain important, mais gain que le casino a refusé de lui donner. Et pour cause, le joueur est accusé d’avoir eu recours à de la tricherie, ce qui lui a permis, d’après l’établissement, de gagner un petit pactole.

La version du joueur

Le dénouement du procès a surtout penché en faveur de l’établissement concerné car lors de la séance, le joueur a reconnu devant la Cour avoir effectivement réalisé une technique de tricherie. Ladite méthode est appelée « edge sorting » et consiste à identifier les cartes gagnantes dans le baccarat.

En fait, les cartes utilisées dans les casinos peuvent présenter des défauts dans l’impression des images. C’est en reconnaissant ces défauts que les joueurs utilisant cette technique de tricherie peuvent gagner beaucoup plus qu’à la normale. Selon le joueur, il n’a en aucun cas triché puisqu’il a simplement utilisé les défauts du casino en sa faveur. Il a également clamé l’innocence de cette technique en la jugeant nullement comme un acte de tricherie.

La version du casino

Face à la revendication du jeune homme quant au paiement de ses gains, le casino a soutenu son avis sur la question de la tricherie réalisée par le joueur. La Haute-Cour a finalement partagé son avis à l’issu du procès qui a opposé les deux camps.

Une autre personne en défaveur

Les mêmes soupçons de tricherie ont été attribués à une femme qui aurait, elle aussi, eu recours à la technique du « edge sorting » pour gagner au baccarat, dans le même établissement. Les deux joueurs sont donc sortis sans gains après le procès.